L'Auvergne Agricole 09 août 2017 à 08h00 | Par Karen Maruel d’après communiqué

Une application mobile pour lutter contre les tiques

Nouveau : une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les tiques sont le premier vecteur de maladies animales dans le monde, le deuxième pour les maladies humaines après le moustique.
Les tiques sont le premier vecteur de maladies animales dans le monde, le deuxième pour les maladies humaines après le moustique. - © Fotolia

L’application Signalement-Tique est disponible dès maintenant en téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android. L’Inra(1) et l’Anses(2), avec le ministère des Solidarités et de la Santé, font appel aux volontaires qui souhaitent participer aux recherches pour la lutte contre les tiques et les maladies qu’elles transmettent. Chez l’homme, elles inoculent notamment les bactéries responsables de la maladie de Lyme, provoquant environ 27 000 nouveaux cas par an en France.

 

Mieux combattre les tiques

Depuis les années 2000, l’Anses, l’Inra et l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort mènent des travaux de recherche sur les tiques, au sein du Laboratoire de Santé animale de Maisons-Alfort de l’Anses et du Laboratoire Tous Chercheurs du Centre Inra Grand Est Nancy. Cette recherche allie études fondamentales et recherche participative impliquant les citoyens. Les études développées permettent de mieux connaître les agents pathogènes transmissibles par les tiques et donc de mieux les combattre. Dans le cadre d’un projet appelé CITIQUE, les chercheurs ont développé avec les partenaires scientifiques, notamment le centre national d’expertise des vecteurs et le centre national de référence de Borrélia, ainsi que le ministère des Solidarités et de la Santé, un site web et une application smartphone appelés Signalement-Tique. L’application peut être téléchargée sur les plateformes AppStore et PlayStore. Grâce à l’appli Signalement-Tique, un outil pratique et interactif, les promeneurs peuvent disposer d’informations sur la prévention ou comment enlever une tique où qu’ils soient. Elle permettra de fournir des cartes de présence de tiques qui serviront aux actions de prévention.

Comment ça marche ?

Grâce à une collecte d’informations sans précédent : déclarer sa piqûre ou celle de son animal domestique, la géolocaliser, transmettre une photo et même envoyer les tiques aux équipes scientifiques... Les données collectées serviront à l’avancée des connaissances scientifiques nécessaires pour mieux comprendre et donc mieux prévenir les maladies transmissibles par les tiques, notamment par la mise au point de modèles d’estimation des risques.

Les citoyens participants au projet joueront un rôle décisif et permettront d’apporter des éléments de réponse à de nombreuses questions : peut-on se faire piquer en hiver et en été alors que les périodes propices sont le printemps et l’automne ? Y a-t-il des heures où les tiques sont plus actives et piquent davantage ? Est-ce qu’on se fait plutôt piquer dans les forêts, dans les parcs urbains ou dans nos jardins ? Quels sont les agents pathogènes les plus présents chez les tiques ? Dans quelles régions ? Les utilisateurs auront ainsi accès à des informations pratiques et à des conseils sur la conduite à tenir lors d’une piqûre de tique.

 

1. Institut national de la recherche agronomique

2. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Quelques réflexes à adopter pour vous prévenir

 

- Éviter de marcher dans les herbes hautes et dans les sous-bois autant que possible, surtout au moment des changements de saison.

- Porter des hauts à manches longues et des pantalons longs, et remonter les chaussettes par dessus le bas du pantalon.

- Opter pour des vêtements clairs, pour que les tiques soient plus faciles à repérer, et les laver après la promenade.

- Protéger vos chiens et chats en utilisant les produits anti-tiques adaptés aux animaux.

Utiliser pour soi des produits de protection contre les insectes et les tiques.

- Enfin, le plus important : examiner son corps entier après la promenade, notamment les aisselles, les genoux, les coudes, le cou, la nuque, l’arrière des oreilles, la tête et le pubis. Vérifier également qu'il n'y a pas de larves sur soi. De couleur brun clair, elles sont de la taille d’une tache de rousseur.

Si, malgré vos précautions, vous constatez avoir été mordu par une tique, mieux vaut la retirer au plus vite. N’appliquer aucun produit, au risque de la faire régurgiter, et utiliser plutôt un tire-tique ou une pince à épiler.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui