L'Auvergne Agricole 27 août 2014 à 08h00 | Par Hélèna Nowakowski

Veut-on encore des agriculteurs demain ?

Le 21 août, à l’initiative de Philippe Roy, secrétaire général adjoint de l’UDSEA et délégué cantonal de Champeix, les agriculteurs du canton se sont réunis pour échanger sur les actualités environnementales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les inquiètudes laitières ne s’arrêtent pas à l’affaire Garmy.
Les inquiètudes laitières ne s’arrêtent pas à l’affaire Garmy. - © Udsea 63

Telle est la question posée par Christian Peyronny, Président de l’UDSEA, pour introduire le débat. Au regard de l’actualité concernant la politique environnementale, on est en droit, voire en devoir de s’interroger sur le bien-fondé des projets de lois.

 

«Crapoducs» et autres «écuroducs»….

Le schéma régional de cohérence écologique (trames vertes et bleues) prévoit, dès 2015, un aménagement de nos territoires. Cela se traduit par des réservoirs de biodiversité reliés entre eux par des corridors écologiques mais surtout, toujours plus de normes et de contraintes. Le tout est élaboré conjointement par le Conseil régional et l’Etat. Les agriculteurs sont les grands oubliés du comité régional qui élabore ce schéma. Le département est loin de présenter un paysage uniforme, les agriculteurs œuvrent pour améliorer leurs pratiques et produire en respectant l’environnement. «Pourquoi tant d’acharnement pour faire disparaître le secteur économique qui remplit les assiettes et crée de l’emploi ?» La question reste sans réponse. «Seule une action syndicale forte pourra mettre la pression sur les pouvoirs publi-ques» scande Christian Peyronny. Dans un contexte géopolitique international instable, il faut que chacun prenne pleinement conscience de l’absolue nécessité de conserver l’autonomie alimentaire française. A une époque de progrès technologique constant, on semble oublier les préoccupations vitales élémentaires.

Action syndicale

Enquête publique

L’UDSEA n’entend pas laisser le secteur agricole être sacrifié au profit de lubies «démago-écologiques». L’action ne peut être que collective dans un objectif commun de production, loin des clivages politiques. Il est impensable de laisser le comité régional agir sans consulter les agriculteurs qui sont les pre-miers impactés par le schéma de cohérence écologique. Les con-séquences sont importantes pour l’agriculture (cf témoignage de Gilles et Agnès Usson) et impactent lourdement la gestion des exploitations. L’en-quête publique «Trame verte et bleue» est ouverte depuis le 25 août et jusqu’au 29 septembre 2014. Il est primordial d’exprimer son désaccord. Pour cela, Philippe Roy encourage les agriculteurs à se déplacer en masse à la mairie de leur secteur pour s’exprimer.

Enquête publique

Mairie d’Ambert :

Samedi 30 août de 10h à 12h

Lundi 29 septembre de 14h à 16h

Mairie de Clermont-Ferrand :

Vendredi 29 août de 11h à 13h

Lundi 8 septembre de 14h à 16h

Mercredi 24 septembre de 11h à 13h

Mairie d’Issoire :

Mardi 2 septembre de 14h à 16h

Jeudi 18 septembre de 10h à 12h

Mairie de Riom :

Vendredi 12 septembre de 14h à 16h

Mairie de Thiers :

Jeudi 4 septembre de 10h30 à 12h30

Mardi 16 septembre de 14h à 16h

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui