L'Auvergne Agricole 16 mars 2016 à 08h00 | Par Hélèna Nowakowski

Eleveur ovin aujourd'hui, un créneau à saisir

Promotion de la production ovine, le 3 mars, avec les élèves de Bac Pro de Rochefort-Montagne et Gelles ainsi que le 8 mars avec les BTS ACSE de Marmilhat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur l'exploitation de Richard Randanne, à droite sur la photo.
Sur l'exploitation de Richard Randanne, à droite sur la photo. - © Hélèna Nowakowski

Une quinzaine d'élèves de bac pro s'esr rendue chez Richard Randanne à Vernines et une classe de BTS ACSE a visité l'exploitation de Yoan Thomas à Chanonat. Ces journées d'information permettent de sensibiliser les élèves à la production ovine trop souvent laissée de côté de par sa mauvaise réputation. Pourtant, les professionnels s'impliquent pour tordre le cou à ce discrédit dont elle est trop souvent victime à tort. Les choses ont beaucoup évolué depuis quelques années. La tendance est à la professionnalisation et aux troupes ovines de taille conséquente. Les éleveurs sont de plus en plus performants grâce à une gestion rigoureuse et technique de leur troupeau. Rien n'est laissé au hasard que ce soit pour gérer l'alimentation, la lutte, la mise à l'herbe, le sanitaire. C'est à cette condition que les résultats sont au rendez-vous. De plus, bénéficiant de soutiens Pac revus à la hausse, de cours plutôt favorables et d'une filière bien organisée, l'élevage ovin est sorti du marasme. Pour autant, Richard Randanne, Président de la FDO du Puy-de-Dôme, répète qu'il faut rester vigilant et investir pour que cela perdure. C'est là même le travail syndical et de filière.

La FDO s'investit donc, accompagnée par la Chambre d'agriculture et par les groupements de producteurs, pour faire la promotion de la production. Les élèves ont malheureusement encore du mal à se projeter dans cet élevage ; d'où l'absolue nécessité de revenir tous les ans leur en parler et surtout leur montrer des exploitations vivables et viables. Les professionnels sont catégoriques, aujourd'hui élever des brebis est rentable, que ce soit en unique production ou en diversification. Avoir une troupe en plus d'une production principale permet de diluer la prise de risque et d'assurer un revenu non négligeable en période difficile. C'est un travail de longue haleine mais les éleveurs sont conscients que c'est en montrant la réalité et en ouvrant le débat avec les exploitants de demain qu'on pourra renouveler les installations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Serge (63) | 19 mars 2016 à 00:42:11

peut etre????

Charlotte (63) | 23 mars 2016 à 14:14:34

Bonjour Serge, Votre commentaire « peut-être » sur la visite des élèves sur une exploitation ovine laisse paraître votre scepticisme quant à l?installation de jeunes dans cette production. Le chemin à l?installation en agriculture, quelle que soit la production, n?est certes pas facile, mais ne devons-nous pas avoir un discours positif et engageant auprès d?un jeune public ? Sans lui cacher bien sûr les difficultés du parcours et du métier? Nous pourrions en débattre des heures ! Et ce serait fort intéressant. Très cordialement La rédaction Auvergne Agricole

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui