L'Auvergne Agricole 23 mars 2016 à 08h00 | Par Quentin Baumont

«Tout ne va pas bien dans l’élevage ovin !»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JA 63

Il parait que la production ovine française va bien, que ses revenus n’ont jamais été aussi hauts… Chez Jeunes Agriculteurs nous souhaitons mettre les choses au clair, et surtout remettre la production ovine dans son contexte !

Il est vrai que l’élevage ovin va mieux. En même temps, la situation ne pouvait pas s’empirer tellement les difficultés étaient importantes il y a quelques années. Tirer un revenu de cette production devenait impossible. Alors bien sûr on ne peut que constater que la situation actuelle est mieux, beaucoup mieux, cependant aller mieux ne veut pas dire que tout va bien !

Les chiffres du revenu ovin qui circulent aujourd’hui doivent être expliqués. Certes ils sont meilleurs que les autres productions, mais dans le contexte de crise actuel, être le meilleur parmi des mauvais ne signifie pas qu’on est bons ! Si on veut parler chiffres, il faut aller au bout du raisonnement : aujourd’hui le revenu des éleveurs ovins peut paraitre conséquent, seulement la modernisation des élevages ne se fait pas ! Avoir du revenu qui sert de trésorerie parce que les éleveurs ovins ont passé trop d’années à souffrir, et avoir en même temps près de 70% de vieillissement sur du matériel et des bâtiments n’est pas un signe de bonne santé ! Du revenu sans investissement, avec une population d’éleveurs vieillissante et trop peu d’installations n’augurent rien de bon pour l’avenir…

Imaginons un instant un jeune, qui s’installe en reprenant un capital trop vieillissant, qui doit donc moderniser son outil, qui doit investir pour améliorer ses conditions de travail. Les revenus qu’il pourra tirer de son travail seront loin des revenus que l’on peut lire ou entendre.

Avec l’amélioration du revenu que nous connaissons, il ne manque pas grand-chose pour que les jeunes, qui font le choix de croire en la production ovine et qui investissent pour en faire une production moderne et attrayante, s’en sortent. Il ne manque que quelques centimes sur le prix.

Nous ne produisons que 40% de la consommation française, alors que l’élevage ovin bénéficie d’une image positive auprès du consommateur. Il est donc temps d’en finir avec le discours tout rose. Il est temps d’aller se battre pour obtenir ces centimes qui manquent et enfin donner un véritable avenir à l’élevage ovin pour avoir des jeunes qui s’installent sur des exploitations viables, vivables et transmissibles !

Secrétaire adjoint des JA 63 et responsable du groupe ovin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui