L'Auvergne Agricole 04 novembre 2014 à 08h00 | Par Helena Cauvet et Véronique Gruber / CATHERINE BONY

En vidéo : MADE IN VIANDE

La semaine "MADE IN VIANDE" s'est terminée vendredi dans toute la France. Nous nous sommes rendu au marché de Saugues (en Haute-Loire), où il y avait plusieurs animations dont une dégustation de viande.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

LA FIN DE LA SEMAINE MADE IN VIANDE © HLP/Auvergne Agricole

La première édition des Rencontres Made in Viande, une opération de communication d’envergure nationale proposée par Interbev du 25 au 31 octobre, a mobilisé de nombreux acteurs de la filière élevage et viandes de notre département.

5 élevages ouverts
Du côté des producteurs, 5 élevages de bovins et d’ovins ont ouvert leurs portes au grand public, le temps d’une journée. Le Gaec de Minival à St Romain Lachalm, le Gaec des Ovanches à Bas-en-Basset, le Gaec du Lavandin à Auzon, Jean-Marc Sauvant à Saugues et Cyrille Roméas à Chaudeyrolles, toutes ces exploitations agricoles ont participé à Made in Viande. Même si les visiteurs se sont faits plutôt rares selon les lieux, les éleveurs étaient là pour parler de leur métier, leur production, leurs débouchés, leurs filières de qualité... A Chaudeyrolles, une quarantaine de personnes (des habitants du plateau et des vacanciers) s’est rendue sur la ferme de Cyrille Roméas. «Certains visiteurs ont participé à la rentrée à l’étable de mes vaches charolaises ; ils ont parcouru 2 km avec le troupeau de 24 génisses. Une fois dans la cour de ma ferme, j’ai procédé au tri des génisses, entre celles qui partent à l’engraissement et celles destinées à la reproduction. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir le fonctionnement de mon élevage ainsi que la viande AOC Fin Gras du Mézenc » explique Cyrille Roméas. 
Les producteurs n’étaient pas les seuls à participer à Made in Viande, d’autres professionnels de la filière élevage viandes se sont mobilisés pour l’occasion, à commencer par les organisations de producteurs comme l’APIV Auvergne et Copagno, et une coopérative d’éleveurs, la CEBM.
Ces trois structures ont, elles aussi, pris soin de consacrer une journée à l’échange avec le grand public dans l’objectif de valoriser le métier de techniciens d’élevage, de parler de leurs conditions techniques de travail et des démarches de qualité en place.
Le 31 octobre, l’APIV Auvergne, en partenariat avec la mairie de Saugues, proposait trois temps forts : la visite du marché aux ovins de Saugues, une  dégustation de viandes et une visite d’élevage.

Le marché de Saugues : une curiosité
Quelques familles ont découvert le fonctionnement du marché, qui demeure un maillon très important de la filière ovine, et toutes ses spécificités (la vente de gré à gré entre éleveurs et négociants, la négociation des tarifs en francs...).  Ce jour-là, 470 agneaux élevés dans le secteur ont été vendus sous le regard attentif des visiteurs.
Après le marché, une bonne odeur de viande grillée se dégageait de la place du docteur Simon où les deux artisans bouchers de Saugues (Julien Bonhomme et Franck Gaillard des Saveurs Aubrac du Gévaudan) organisaient une dégustation de viandes de boeuf et d’agneau ; cette animation a remporté un vif succès, d’autant qu’elle se déroulait à proximité de la foire aux champignons organisée ce jour à Saugues. Outre les viandes de qualité et produites localement, ce fut aussi l’occasion pour ces bouchers de faire découvrir leur profession qui offre des perspectives d’emplois intéressantes.
L’après-midi, ce fut au tour de Jean-Marc Sauvant, éleveur de 450 brebis  mères Blanche du Massif Central et de 10 béliers, d’accueillir le grand public. Des familles ainsi qu’un jeune sur le point de s’installer en ovins ont  participé à cette visite d’élevage très instructive et conviviale.
Malgré le manque d’affluence sur les lieux ouverts à la visite, cette opération a tout de même réussi à mobiliser et à fédérer un grand nombre de professionnels et a eu le mérite de mettre toute une filière en valeur. Mission réussie pour l’interprofession Interbev qui entend pérenniser ce rendez-vous.


Véronique Gruber

DANS LE PUY-DE-DOME...

Dans le Puy-de-Dome, Paul Bony, eleveur de brebis sur la commune d’Olby, participait aux rencontres Made in Viande. Pour lui, «la mise en lumiere des pratiques actuelles des eleveurs est justifiee par le souci de relancer la consommation de viande en particulier celle de la viande ovine. La discussion avec le grand public, dont les representations de l’elevage se fondent souvent en l’absence de lien avec des exploitations agricoles, offrent l’occasion d’ancrer dans la realite quelques verites notamment sur les volets sanitaire et alimentaire. En effet, malgre les nombreuses campagnes de communication diffusees pour rassurer les consommateurs, quelques prejuges persistent et il parait important de les combattre». Chez Paul Bony, ce sont essentiellement les grands-parents qui, en cette periode de vacances scolaires, se sont deplaces pour montrer un elevage a leurs petits-enfants. Leur curiosite s’eveille au contact des agneaux : que mangent-ils au cours de leur vie ? combien de temps restent-ils avec leurs meres ? ont-ils acces a l’exterieur des batiments ? a quel age s’en separe-t-on ? Telles sont les questions les plus frequemment posees par ceux qui decouvraient, a cette occasion, le fonctionnement d’une exploitation ovine.



D’APRES CATHERINE BONY

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui