L'Auvergne Agricole 18 novembre 2015 à 08h00 | Par Emilie CHANTEGREL

Les grandes cultures sont aussi présentes dans le Puy-de-Dôme

Deux membres du conseil d’administration des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme ont participé à la journée du groupe Grandes cultures à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les grandes cultures dans le Puy-de-Dôme ont un poids économique non négligeable.
Les grandes cultures dans le Puy-de-Dôme ont un poids économique non négligeable. - © JA 63

La semaine dernière, Jeunes agriculteurs national organisait un groupe de travail axé sur les Grandes Cultures. Deux membres du conseil d’administration de JA 63 ont participé à la journée. Aux côtés d’agriculteurs de la Marne, de l’Aube, de la Picardie, l’Alsace et même de Corse, ils ont pu confronter leurs idées et débattre de ce type d’agriculture. «Finalement, c’est très bien que nous y soyons allés. On se rend compte que nous n’avons pas du tout les mêmes problématiques et les mêmes conditions de travail», précisent Rémy Petoton et Florian Bicard. Les exploitants des autres départements n’avaient pas forcément conscience de l’emprise de la culture céréalière dans notre région et de son poids économique. Les difficultés rencontrées cette année sur le département n’ont pas été vécues dans la Marne ou en Picardie, par exemple, où il y a eu des rendements record pour certaines cultures.

« Plus nous seront présents dans ce type de réunions et plus nos particularités et nos revendications seront prises en compte. C’est en participant à ces rencontres que nous ferons entendre la voix des exploitations céréaliers du département » ont précisé les deux JA. Au mois de janvier (du 19 au 21) la session Grandes Cultures aura lieu à Troyes dans l’Aube. A l’ordre du jour les contrats entre céréaliers et éleveurs et les assurances récoltes et climatiques. «Nous essaierons d’avoir au moins un représentant de JA 63», ont annoncé les deux administrateurs. Cette journée a aussi permis de présenter le projet des JA 63 : la coopération entre éleveurs et céréaliers. « Les participants ont trouvé notre initiative très intéressante, puisque au niveau des JA nous sommes la seule structure à avoir poussé la réflexion jusqu’au dépôt d’un GIEE » explique Florian Bicard, l’un des responsables du projet. Beaucoup ont abandonné en cours de route à cause de mésentente entre les acteurs. «Justement, pour nous c’est notre entente entre céréaliers et éleveurs qui fait la force de l’idée et qui permet d’avancer».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Auvergne Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui